Martha Wilson Journals

99 €
Ajouter au panier
Demande d'informationsMartha Wilson - Journals
Ajouter à ma sélection

Spécifications

27,9 × 21,6 cm
272 pages
Langue anglaise
Impression offset
Imprimé et relié par Snel
Contient une carte postale comme signet
Recouvert d'une jaquette de lecture


Production

Édition de 400 exemplaires signés par l'artiste
1965-1983 / 2021
Produit et publié par mfc-michèle didier en 2021

Paiement sécurisé
Vous pouvez régler par carte bancaire. Paypal ou virement. Transaction sécurisée par validation 3D Secure
Livraison assurée
Nous livrons dans le monde entier via des transporteurs spécialisés

I'm always wondering how to act […] I don't live in the present 

Journals
est une sélection par Martha Wilson de pages extraites de ses journaux restituant son expérience de femme et d'artiste entre 1965 et 1983. Mettant en place un dialogue intérieur, Journals est ponctué de notes personnelles, de notes de travail, de considérations, d'adresses à elle-même mais aussi à ses proches. La publication restitue la psyché d'une artiste en devenir, mettant en scène son travail mais aussi sa représentation dans une forme d'introspection se posant comme miroir de sa propre pratique performative.

On définit un journal comme une forme littéraire autobiographique dans lequel le diariste y fait le récit de sa propre existence, mettant l'accent sur sa vie individuelle, son histoire et sa personnalité. L'auteur y écrit au présent, et le journal y apparait autant comme une aide mémorielle qu'un support de réflexion et d'auto analyse. Le journal est initialement privé et le narrateur s'adresse de facto à lui-même.

Martha Wilson primary concern is the structure of personality

Dans ses journaux, Martha Wilson laisse transparaitre au fil de son écriture les enjeux même de son travail artistique ainsi que ses préoccupations d'alors liées à son physique, sa personnalité et à son identité comme autant d'éléments confrontés et/ou subordonnés à l'autre.

L'artiste y parle autant de son travail de manière concrète en évoquant directement ses œuvres, que dans des termes plus théoriques où son travail et son identité semblent se confondre. Elle y alterne expression à la première personne puis à la troisième personne, selon une forme grammaticale courante en anglais appelée illeism qui est l'acte de se référer à soi-même. Elle revient alors sans cesse sur l'idée de la personne qu'elle voudrait ou devrait être, sur sa construction en tant que femme et sur son rapport aux hommes, I designed all my movements to play on him. Mais aussi sur sa position de fille dans son rapport à ses parents, I only exist in relation to my parents, friends, culture, and her position as an artist, I hate self indulgence or self expression.

Life is a performance 

Ce travail d'écriture de Martha Wilson se concentre sur la construction de l'individu et de sa personnalité, sur la tentative de se définir I am writing to discover an answer, de se transcender, de se transformer I am attempting to transform myself, en passant par des petits changements d'habitude tels que l'arrêt de consommation de chewing gum, ou l'entrée dans une forme de maturité sexuelle Change my loyalty from food to sex / Sexual punishment, the only weapon a woman have.

Her life was mostly theory 

Martha Wilson observe avec distanciation son propre comportement et ses relation avec les autres : Betsy is the main character, ainsi que ses tentatives à les imiter : someone to emulate ou à les assimiler : suck identity from individuals [...] Commencé à dix huit ans, son journal laisse rapidement apparaitre ses questionnements sur la qualité de son travail artistique et sur sa légitimité, mais aussi sur son itinéraire de directrice de la Franklin Furnace, qui dès 1972, porte la première mention : the idea of opening a gallery.

She didn't have a personnality of her own

Parallèlement, apparait un ensemble de questionnements connexes liés à sa vie privée et à des traumas de son éducation. Elle nous informe avoir été élevée dans une Skimmer box — invention New Age consistant à placer les nourrissons dans des caisses en plastiques transparentes thermorégulées to build a superior baby  — et révéle également le comportements incestueux de son père qu'elle redécouvre suite à une thérapie Dad asked if I was wearing panties.

S'en suit un ensemble de réflexions liées à la maladie et au vieillissement : Mother is getting old, I am going to die, I am going to have an heart attack , qui transparaîtront notamment dans l'écriture des paroles des chansons de DISBAND Black lung, Rebel song et Dad is Dead et qui conclueront l'ouvrage.

Lire la suite
Autres œuvres de l'artiste
Livraison assurée via Fedex

Nous livrons dans le monde entier via des transporteurs spécialisés

Paiement sécurisé

Vous pouvez régler votre commande en toute confiance avec Paybox

Paris

mfc-michèle didier

66 rue Notre-Dame de Nazareth
75003 Paris, France
Téléphone : +33 (0)1 71 27 34 41

ouvert du mardi au samedi
de 12h00 à 19h00
Strasbourg Saint-Denis, Arts et Métiers et République

Simon Poulain
simon@micheledidier.com
info@micheledidier.com

Bruxelles

mfc-michèle didier

19 rue de la Senne
1000 Bruxelles, Belgique
Téléphone : +32 (0)2 374 75 98

ouvert du lundi au vendredi
de 9h00 à 17h30
Uniquement sur rendez-vous

Benedetta Grazioli
benedetta@micheledidier.com
info@micheledidier.com

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies.
OK
fr
Demande d'informations
Annuler