UNTEL
LA BOÎTE UNTEL - Archives 1975-1980

UNTEL


Exposition du 24 mai au 16 août 2013
Vernissage le 23 mai 2013 en présence des membres du collectif


CV UNTEL
Dossier de presse

Happening et joyeuse provocation seraient une voie rapide et efficace afin de résumer la démarche d’UNTEL. Mais qui désigne donc cette appellation anonyme? Qui sont ces individus que l’on ne saurait nommer?

UNTEL est un groupe d’artistes constitué, à l’origine, de Jean-Paul Albinet, Philippe Cazal et Alain Snyers (Wilfrid Rouff prend la place d’Alain Snyers suite au départ de ce dernier en 1978) dont l’existence brève mais passionnée, de 1975 à 1980, a donné vie à de nombreuses actions dans l’espace public. Le dénominateur commun de ces actions est l’investigation du quotidien, investigation sociale et politique, à des fins critiques, très imprégnées des idées contestataires de mai 68 et de la pensée situationniste.

Aujourd’hui, presque quarante années ont passé depuis leurs premières opérations, mais l’action d’UNTEL apparaît toujours très actuelle et terriblement pertinente lorsque l’on observe ce que les trois compères dénonçaient avec le sourire au regard de notre réalité contemporaine.

En collaboration avec UNTEL, mfc-michèle didier publie LA BOÎTE UNTEL, une nouvelle édition limitée à 24 exemplaires. Pour former un ensemble cohérent, LA BOÎTE UNTEL compile plusieurs prélèvements des actions menées la seconde moitié de la décennie 1970 par le groupe. Y sont soigneusement disposés, entre autres, des fiches, des articles historiques et critiques, des tracts, le fameux tampon « PLUS RIEN A VENDRE TOUT A ECHANGER » ou encore l’ironique badge « TOURISTE », un de leurs accessoires fétiches. 

LA BOÎTE UNTEL sera au cœur de l'exposition et les fiches de l'archive contenue dans la boîte seront, quant à elles, disposées dans une installation significative que le groupe UNTEL a conçue spécialement pour l'occasion. L'installation est limitée à 8 exemplaires.   

L'exposition du groupe UNTEL à la galerie mfc-michèle didier est aussi l’occasion de montrer deux de leurs installations historiques: La ville 365 jours par an, 1976 et Faits divers, 1979. La ville 365 jours par an est constituée de 56 photographies urbaines disposées tel un patchwork formant un ensemble imposant associé au texte «Semaine calme et sans histoire à la bourse de Paris, où les cours, d’un vendredi à l’autre, sont restés pratiquement stables». Faits divers rassemble 44 photographies des interventions du groupe, il constitue une mémoire iconographique de l’œuvre d’UNTEL. À travers cette œuvre, UNTEL raconte sa propre histoire, documente son activité artistique et applique à lui-même des procédés récurrents: documenter, archiver ou faire l’état des lieux des expériences pratiquées. 

Pouvons-nous considérer l'action d'UNTEL comme une démarche post-Fluxus? L’idée d’un art qui s’expérimente et se vit, s’avère en effet en adéquation avec les préoccupations d’UNTEL.

 

Vues d'exposition:

UNTEL

UNTEL

UNTEL

UNTEL

UNTEL

UNTEL

UNTEL

UNTEL

UNTEL

UNTEL